Samedi

EDITION 2017 // EDITION 2016 // LE LIEU // INFOS PRATIQUES ET CONTACT // PARTENAIRES // ÉQUIPE // PRESSE // REMERCIEMENTS
points

 

La programmation détaillée jour par jour : ⌦ VENDREDI // SAMEDI // DIMANCHE

 

PROGRAMMATION SAMEDI 9 JUILLET

 

14H CONFERENCE

Porno Trans avec Kay Garnellen
Porno trans Conférence Kay Garnellen What The Fuck FestKay Garnellen partage son expérience d’acteur-réalisateur et propose un focus sur le porno ftm en plein essor dans les productions queer.
Depuis quand l’industrie du cinéma porn inclut-elle les personnes trans dans ses films ? Comment notre place dans a-telle évoluée au cours du temps ? Quelle sont les différentes places qu’on donne aux personnes trans* en fonction de leur genre, MtF ou FtM ? Un voyage visuel à travers des films trans* porn.

Bar restaurant le Nouveau Tigre – Accès gratuit.

 

 

bandeau-festival-queer
14H15 CINEMA

DARKROOM / BACKROOM

Courts métrages présentés par le Collectif Jeune Cinéma, appel à films What’s your Flavor. Avec Polychrome.

Bienvenue dans l’atmosphère humide des chambres noires où les cinéastes expérimentaux développent leurs films dans la pénombre. Les images n’y sont pas clairement visibles mais, un peu comme dans les backrooms et autres sexclubs, on peut deviner la sensualité des silhouettes et la chaleur des histoires qui s’inscrivent progressivement sur la pellicule. Les corps s’impriment dans une nouvelle chimie où se mélangent pédales cuirs, nudités trans et poitrines butchs.

 

I-AM-DELIGHTED-BY-YOUR-webI AM DELIGHTED BY YOUR ALCHEMY, Karly Stark (États-Unis, 2014, 5’19)
I Am Delighted By Your Alchemy explore le souvenir d’une relation sexuelle, révélant ce qu’on peut se remémorer et se représenter. Le film constitue le portrait intime de la relation de la cinéaste à son ex, utilisant la surimpression pour pervertir d’une façon queer les notions de sexe et de mémoire, tout en rendant
floue la frontière entre cinéaste et sujet.

FOR YOUR PLEASURE, Miguel Maldonado (Royaume-Uni, 2015, 10’30)
« Les dieux sont étranges. Ce ne sont pas nos vices mais eux qui élaborent des instruments pour nous châtier. Ils nous mènent à notre perte au moyen de ce qu’il y a de meilleur, de tendre, d’humain, d’aimant en nous. »

BUTCH TITS, Jen Crothers (Canada, 2010, 3’35)
Des femmes butchs discutent de la relation parfois compliquée qu’elles ont à leur poitrine.

VASELINE

VASELINE, Malic Amalya & Nathan Hill (États-Unis, 2016, 6’30)
Piégé dans un système de détention, de surveillance et de restriction, une pédale cuir déjoue la violence étatique en se remémorant son amant baignant dans la vaseline.

SOLITARY ACTS#4, Nazli Dincel (Etats-Unis/Turquie, 2015, 8’11)
La cinéaste se filme masturbant l’objet du débat. Elle entend des voix revendiquant son corps, ses habitudes : les voix de l’environnement conservateur de son enfance. Le spectateur la sollicite lui aussi lorsqu’il la regarde pendant cet acte privé. Elle a neuf ans, puis douze. Elle observe des icônes populaires, négligeant la volonté de son corps, puis elle rejette le corps étranger, les objets à l’extérieur de son corps : munie d’une colère adolescente, elle refuse l’orgasme à tous sauf elle-même.

BIKINI, Daniel Mcintyre (Canada, 2015, 7’18, found footage).
Que se passe-t-il lorsque l’on revient après dix ans sur la même plage pour s’apercevoir qu’on ne l’a jamais quittée ? En regardant autour de soi, on trouve les mêmes vagues de corps et de garçons, le même ciel, la même mer grande ouverte… Le même sentiment d’inquiétude. Bikini est le film d’une beach party atomique, une réaction aux applications de drague, aux questions du corps, une peur du soleil. C’est un monde où même le rêveur prend une pause ou une vague. Nous sommes tous en désaccord avec « les muscles », et chacun s’invente sa propre raison de vivre. Les hommes avancent comme sur un tapis roulant, les bombes continuent à tomber, on ne peut que continuer à surfer. Bikini est une façon de laisser les vagues nous submerger. De tout vouloir facilement et gratuitement. C’est donner un autre sens à sa vie que d’attendre la prochaine vague. Est-ce que ça fait mal ?

SPERMSPERMWHORE, Anna Linder (Suède, 2016, 12’26)
Un film expérimental sur une absence d’enfants non désirée dans un monde où l’hétérosexualité normative décide de qui peut devenir parent et comment. Quand il s’agit de reproduction, nos corps sans pitié nous diminuent à guère plus qu’un sexe attribué ou un genre donné. Mais le désir d’enfants ne se limite pas à nos corps, et la possibilité de grossesse peut être accordée, partagée et entreprise collectivement.

EXTASE, Xavier Baert (France, 2006, 9’30)
Deux hommes faisant l’amour. Une logique à la fois figurative (faire l’amour, être amoureux, jouir), chorégraphique (caresser, enlacer, embrasser, lécher, pénétrer), et cinématographique (raccorder, rapprocher, déplacer, enlacer, monter).

 

 

 

bandeau-festival-queer

 

 

16H CINEMA

WHEN WE ARE TOGETHER WE CAN BE EVERYWHERE, Marit Östberg (Allemagne/Suède, 2015, 69’) – VO Anglais.
WHEN WE ARE TOGETHER WE CAN BE EVERYWHERE , Marit ÖstbergC’est un film sur comment faire un film porn, c’est un film sur les relations entres des personnes qui se retrouvent devant et derrière la camera, c’est un film sur l’amitié et le sexe. C’est une lettre d’amour de la réalisatrice Marit Östberg, à son actrice fétiche Liz Rosenfeld et à la ville de Berlin. C’est un porn qui est devenu réalité au fur et à mesure des rencontres et du tournage. When We Are Together We Can Be Everywhere se situe dans le milieu queer de Berlin et dresse un portrait d’un melting pot underground où gravitent sexualités lesbiennes, trans* et genderqueer débridées. Vivre ses sexualités librement est-il encore une réalité ou juste un leurre, comment rester hot et sexy dans le chaos des rencontres incongrues et multiples ? Un film joyeux et lumineux, un porn comme une auto-fiction qui se construit sous nos yeux.
En présence de la réalisatrice.

En avant programme :

I/XXI, Raja de Luna

I/XXI, Raja de Luna (Allemagne, 2015, 5’28)
Des cordes, des corps, du shibari intimiste. I/XXI est la première vidéo-carte d’un jeu de tarot virtuel autour d’une expérience de bondage. Avec Ann Antidote.

 

 

 

 

bandeau-festival-queer

 

18H CINEMA

Pink X présente Antonio Da Silva

Logo Pink XSéance présentée par Nicolas Maille
Formé aux beaux-arts, Antonio Da Silva est un artiste cinéaste dont le travail est multi primé de par la monde. Il s’intéresse particulièrement aux sexualités masculines, aux technologies contemporaines, aux cultures gays, et au cruising, tout en combinant, dans son approche esthétique, ses intérêts pour le cinema, la performance, et les arts visuels.
Cette projection propose une sélection des ses films cultes les plus emblématiques.

Antonio Da Silva : Forme aux beaux-arts, Antonio Da Silva est un artiste cinéaste dont le travail est multi prime de par la monde. Il s’intéresse particulièrement aux sexualités masculines, aux technologies contemporaines, aux cultures gays, et au cruising, tout en combinant, dans son approche esthétique, ses intérêts pour le cinéma, la performance, et les arts visuels. Cette projection propose une sélection des ses films cultes les plus emblématiques.

Mates (4’50)
Avez-vous déjà fait des plans sexe anonymes gay avec quelqu’un rencontré en ligne ? C’est ok, la plupart d’entre nous le font. Nous n’avons juste pas l’habitude d’en parler. Ce court-métrage kaléidoscopique prend un instantané graphique et explicite de divers emboîtements
sexuels, le tout dans un montage vif, aussi expressif que tous ces hommes chauds filmés en action.

gingers_by_antonio_da-_silva_2Ginger (13 min)
Roux, rouquins, « poils de carotte »,« feux aux culs »… Ce film collecte des échantillons de leurs témoignages et de leurs poils, peaux et spermes. Il s’agit là d’être génétiquement différent, homosexuel et roux : d’Irlande à Israël en passant par le Brésil, ils sont dans deux minorités à la fois.

 

Bankers (11’42)
Le film dépeint des interactions sexuelles entre banquiers dans des toilettes publiques, à l’heure du déjeuner. Aucun mot, des signes, quelques sons corporels : une chorégraphie autour de l’urinoir. Ce film a été tourné sur une période d’1an, dans le quartier financier de Londres. Aux alentours de la pause déjeuner -entre 12h30 et 14H30- se situe l’heure de pointe pour une branlette avec un banquier.

 

daddies_by_antonio_da_silva_10

Daddies (16’28)
Il y a toujours une première fois où l’on vous appelle « daddy » (papa).. C’est plus qu’une question d’âge. « Daddies » en cuir, « daddies » ours et les « daddies » qui ne rentrent pas dans les catégories habituelles. Dix hommes gays de plus de quarante ans ont été filmés en Super 8 en train de se déshabiller… Ils parlent de leur identité de « Daddies », des relations gays, du polyamour, de leur queue et de leur appétit sexuel.

 

dancers_by_antonio_da_silva_13Dancers (10’17)
Trente cinq danseurs portugais nus devant une camera. Ils deviennent objet de désir avec des performances sensuelles et provocantes. L’éclectisme des danses présentent dans ce film explore des nudités masculines exhibitionnistes.

 

Be sexual (11 min)
BE SEXUAL interview des participants du film BANKERS. Ce sont des hommes mariés bisexuels, qui gardent secret leur désir pour d’autres hommes. Ils parlent de leur satisfaction à baiser dans des toilettes publiques. Ils décrivent ce qu’ils ressentent du fait d’être attiré par des hommes, et où vient se loger cette émotion dans leurs vies quotidiennes d’hommes mariés. Ces hommes vivent des doublent vies et questionnent la notion même de « bisexualité ». Tous ce qu’ils veulent, c’est ETRE SEXUELS.

Pix (3’20)
Pix est une série stroboscopiques de selfies sans visage. Des milliers de corps d’hommes dans des poses typiquement « masculines » sont mis bout à bout, créant la mosaïque d’un seul et même corps.

Ecosexual (11’30)
ECOSEXUAL est un monologue poétique, prenant place sur la côte atlantique portugaise d’Algarve, sur aimer la nature et lui faire l’amour. Le corps masculin est présenté comme un objet érotique autant que comme sujet pensant et sensible. A travers les sens du goût, du toucher, de l’odorat et de la vue, le protagoniste se laisse aller dans une communion avec la nature.

 

18h15 / 21h : Réalité Virtuelle

POV VR XXX de Maria Guta pour POV paper
Installation : expérimentation d’un shooting porno en Réalité . À visionner uniquement en casques immersifs 360°. En continu – Par groupe de 4 personnes- Durée 4 minutes

 

bandeau-festival-queer

 

21H SOIRÉE PERF’ : SEXWORK FACTORIES

Les métiers, les corps, et les vécus des travailleurSEs du sexe sont multiples. Joignant dissection de pratiques, analyses féministes, et mises en scène explicites, la soirée Sexwork Factories invite des perfomerEUSEs Sexworkers queer, artistes et politiques.
« 40 raisons pour lesquelles les putes sont mes héroïnes ou 40 raisons pour la fierté pute » Ce titre a été inventé en 1993 par Annie Sprinkle dans une ode d’amour politique et sex positive. Et c’est bien du même élan que part l’envie de programmation de la soirée thématique Sexwork Factories : celui de donner corps aux discours fières et puissants d’artistes et travailleurSEs du sexe.

21h00 : La soirée commence par la performance de Daniel Hellman Traumboy, une pièce-confidence d’une durée d’1h15.
23h00 : Après l’entracte : trois artistes pour 1h de performances où chacunE déclinera sur scène son expérience de travail du sexe.
00h : DJ set d’ODM, le créateur des fameuses party Amazing Cabaret Rouge.

 

La soirée en détail :

Traumboy_DanielHellmann21H Traumboy de Daniel Hellmann 65 minutes
Artiste, mais aussi travailleur du sexe, Daniel évoque ouvertement ses clients, leurs relations, les raisons qui l’ont conduit à exercer cette profession. En Suisse, son activité est légale.
Dans sa vie privée, il a pourtant longtemps gardé le secret sur ce travail d’appoint… Entre documentaire et autofiction, Traumboy interroge les tabous et la stigmatisation. Avec humour, interactivité et acuité, il met au jour les peurs, fantasmes et contradictions d’une société hypercapitaliste, hypersexualisée, mais paradoxalement peu encline à ouvrir une vraie
discussion sur le sujet.
Formé au chant lyrique, à l’art dramatique et chorégraphique, Daniel Hellmann a également étudié la philosophie. Prostitution, politique d’immigration, il n’a pas peur d’aborder les sujets de front. C’est en performeur et en fin dramaturge qu’il imagine la pièce-confidence de Traumboy théâtralement innervée.

Entracte

Kay23H :

Special Backroom de Kay Garnellen 20 minutes
Un sexworker dans une backroom. Là pour travailler ou pour son plaisir personnel ? Les deux ne sont-ils pas un peu mÈlangés…Où commence l’un et où s’arrête l’autre ? Et une backroom oui, mais un peu spéciale… Et un travailleur du sexe oui mais qui ne correspond pas aux attentes de la scéne gay… Venez découvrir une performance qui mêle virtualité et réalité, orgasmes personnels et plaisir du travail bien fait avec une once de queerness dans un monde mainstream.
Kay Garnellen est un artiste et activiste Trans, qui questionne les thèmes du genre et de la sexualité lors de performances, films porno, workshops et lectures.

Erika TrejoBitch and Feminist de Erika Trejo 20 minutes
Performance prenant la forme d’une leçon expliquant pourquoi le travail sexuel est féministe : unE professeurE/Dominatrice explique avec des techniques sexuelles les points de
convergences entre féminisme et sexwork. Une pièce courte enjouée, drôle, érotique, et exigeante pour débutantEs en féminisme prosex.
Erika Trejo est une artiste scénique visuelle. Elle travaille la performance, le théâtre et la video, dirige une petite boîte de production de videos amateurs pour adultes Linda Porn Entertainment, ainsi que la nouvelle compagnie de spectacle Women Exciting Life.

MarianneGoldenFluxGolden Flux de Marianne Chargois 15 minutes
« Le moyen le plus simple d’identifier autrui à soi-même, c’est encore de le manger. » Claude Lévi-Strauss,1993. Le cannibalisme sexuel symbolique est le thème de cette performance
alliant matériaux documentaires et regard malicieux sur des services sexuels alliant urophilie et fétichisme alimentaire.
Marianne Chargois mène un parcours mêlant travail scénique en danse contemporaine et travail sexuel sous divers formes depuis 10 ans. Ses projets, écrits et performés, lient expériences concrètes personnelles, recherche artistique, et analyses féministes et politiques autour du Sexworking.

 

00h DJ SET : ODM
ODM by CHA VIOLETTDj bassiste de formation, ODM développe des sets enjoués, mêlant techno sombre et massive, deep house, énergie punk et groove hip hop.
ODM est le Dj officiel des soirées cultes AMAZING CABARET ROUGE qu’il crée au début des années 2000, composées d’un univers extravagant fait de musique, de performances, et d’une débride de sons et d’images.
(Photographie © CHA VIOLETT)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer