Dimanche

EDITION 2017 // EDITION 2016 // LE LIEU // INFOS PRATIQUES ET CONTACT // PARTENAIRES // ÉQUIPE // PRESSE // REMERCIEMENTS
points

 

La programmation détaillée jour par jour : ⌦ VENDREDI // SAMEDI // DIMANCHE

 

PROGRAMMATION DIMANCHE 10 JUILLET

 

14H CINEMA

yes, we fuck!YES, WE FUCK ! d’Antonio Centeno et Raul de la Morena (Espagne, 2015, 59 min). VO ST français.
Yes, We Fuck ! est un documentaire qui met en lumière les sexualités des personnes à diversité fonctionnelle et qui rejoint les interrogations féministes, trans*, queer, intersexes, « fat » activistes…pour une autre vision du rapport aux corps. A travers six épisodes les personnes filmées dévoilent leurs sexualités sous toutes formes d’handicaps. Les réalisteurs rencontrent aussi des groupes d’activistes qui développent des projets d’assistances sexuelles individuelles ou en groupe. Ce film émouvant a une force libératrice et puissante. Il a remporté le prix du documentaire au Porn Film Festival de Berlin en 2015.
Présenté par Erika Trejo, artiste, travailleuse du sexe et protagoniste du film.

En avant programme :

Ecosexual Feast

ECOSEXUAL FEAST de Lola Clavo (Grande-Bretagne/EU, 2014, 18 min). VO anglais.
Si vous aimez les fruits et légumes, si vous aimez cuisiner et recevoir vos amiES cette recette est pour vous ! L’artiste performeuse Diana Pornoterrorista se définit comme ecosexual. Elle partage avec nous un moment d’amour avec fruits et légumes. Lola Clavo a reçu le PorYes European Feminist Award en 2013. Elle a filmé cette session spécialement pour l’ Orgasmic Yoga Institute.

 

 

 

bandeau-festival-queer

14H15 CONFERENCE

Hugues fisherDe quoi sont faits les mecs cuir ? Avec Hugues Fischer.
En partenariat avec le collectif Polychrome
Hugues Fischer, homme gay cuir militant depuis les années 80, est Mister Leather France 2013 et vice-président de la plus ancienne association cuir française, L’ASMF.

Le monde cuir gay est sans doute la fraction des gays la plus anciennement structurée et organisée tant au plan local qu’en terme d’échanges internationaux. Je vous propose ma vision du monde cuir gay, son histoire, sa culture, ses codes, ses valeurs. Rencontre entre codes d’honneur, monde BDSM, culture gay et évolution des moeurs, le monde cuir a beaucoup évolué en 50 ans et les pratiques et les jeux également. Mais ces évolutions ne sont qu’un aspect superficiel. Ce qui reste ce sont les valeurs qui fondent la communauté cuir et qui assurent sa cohésion et sa grandeur.

Bar restaurant Le Nouveau Tigre – Accès gratuit.

 

bandeau-festival-queer

 

16H CINÉ-RENCONTRE

XPLICIT DIY

Filmer des représentations alternatives du sexuel part de démarches très divers, et produit des œuvres allant du plus radical au plus poétique. Les processus peuvent mêler parcours personnels, désir politique, dynamiques émancipatrices…

Dans cette séance spéciale, des réalisatrices – réalisateurs, actrices – acteurs, performeuse – performeurs de créations explicites DIY montrent leurs films, ou des extraits et discutent avec le public de l’enjeu de l’acte créateur explicite.

Un programme de courts métrages débridés et alternatifs, queers, lesbiens, bdsm, trans*… Dans des imaginaires insolites et libres, les sexualités sont remises en question, transformés, recréés, ou simplement observées. Un kaléidoscope d’images, un voyage vers les différences, les genres, l’altérité, avec des artistes qui créent et produisent d’une manière radicale, au-delà des représentations classiques. Regards décalés sur les corps et les sexualités multiples pour d’autres champs de possibles.

Modératrice : Wendy Delorme
Wendy Delorme est auteure et conférencière, elle a performé sur scène dans des troupes de néoburlesque jusqu’en 2010. Elle a publié l’essai Insurrection ! En territoire sexuel (2009) et les romans Quatrième génération (2007) et La mère, la sainte et la putain (2012). Elle travaille sur les représentations de la sexualité et sur la construction du genre dans les médias.

 

Avec :

Emilie Jouvet présente un extrait de scènes explicites tiré de ses films et le trailer de son dernier opus My Body, My Rules.

DIY emilie jouvetIssue des Beaux Arts et de l’Ecole Nationale Supérieure de la Photographie, Émilie Jouvet est réalisatrice et photographe. Elle explore depuis 15 ans la scène queer européenne, entre portraits intimistes et mises en scène subversives. Elle a exposé dans toute l’Europe (Galerie Agnès B et Maison européenne de la photographie à Paris, Festival de la photo à Arles, Galerie Tristesse de Luxe à Berlin, Galerie ArtRebels à Copenhague, mais aussi à San Francisco en 2010 et Tokyo en 2012). En 2005 elle réalise le premier long métrage queer porn lesbien et transgenre français : One Night Stand. En 2009 elle monte une troupe éphémère de performeuses, pour une tournée européenne unique, afin de tourner son deuxième long-métrage Too Much Pussy! Feminist Sluts in the Queer X Show, un road-movie documentaire féministe sex-positif sorti dans les salles de cinéma en Europe en 2011. Le film remporte l’Award du film le plus innovant au “Festival International du Film de Belfort” ainsi que le Prix du Meilleur Documentaire au Canada, puis l’Award du meilleur film LGBT au Cannes Indépendant Film Festival. L’ensemble de son travail est primé par le Feminist Porn Awards Europe, à Berlin, en 2012. En tant que cinéaste, elle a participé à de nombreux festivals de films (LGBT, féministes, pornos…), aussi bien pour ses longs-métrages que pour les nombreux courts qu’elle réalise. Son travail est diffusé au cinéma et à la télévision (Canal +, Pink TV) et édités en DVD dans différents pays : Solaris (FR), Fatale Media (US), Nutja Films (SW).

 

Amaury Grisel
Bald, Love & Blood (France, 2016, 7’16). Une cérémonie initiatique de passage amoureux. Rituel, métamorphose et mimétisme dans une fusion charnelle. Avec Lawbenstriel Mess, Clément Haktion.
Amaury Grisel est photographe et réalisateur. Il explore l’univers BDSM avec un regard décalé et parfois humoristique. Son travail est reconnu dans de nombreux festivals internationaux.

 

Adam M.
DIY Therese(s) et Simone(s)Thérèse(s) et Simone(s) (France, 2014, 9min). Une ôde aux femmes qui vieillissent, à leurs corps et leurs désirs, situées quelque part entre fantasme et réalité. Dans un espace clos, quatre femmes se rencontrent, s’apprivoisent et libèrent leurs envies. Elles portent un discours fort et original sur la vieillesse, se font écho à travers les années, en résonance avec des musiques d’Hz Mass. Le film est aussi un hommage à Thérèse Clerc disparue récemment, figures incontournables du mouvement féministe.

Adam M. concentre son travail artistique sur l’image des femmes : leurs positions dans l’organisation sociale, dans l’espace public, statuts, identités, liberté et sexualité. Son travail consiste à mettre en lumière des réalités humaines qui, bien qu’invisibilisées dans des représentations stéréotypées, n’en sont pas moins existantes et partie prenante de la société actuelle et à venir : celles d’une pluralité de femmes, attachées à leur liberté, s’affranchissant des contraintes, s’explorant intrinsèquement et choisissant de se réaliser comme elles le décident.

 

bruce
DIY Avec moi ten mets pasAvec toi j’en mets pas (France, 2013, 4min). Film de prévention à destination des transboys gays et de leurs partenaires. Produit par Yagg et Prends moi.

bruce est un jeune réalisateur trans qui travaille sur le genre et les esthétiques de résistances. Il vient du militantisme queer, féministe et de la lutte contre le sida. Il a réalisé plusieurs courts métrages qui ont été diffusé dans de nombreux festivals LGBT internationaux et travaille actuellement à l’écriture de plusieurs projets.

 

Sarah de Vicomte
DIY Republique fille du calvaireRépublique/Filles du calvaire (France, 2015, 12min). Une histoire d’un souvenir. Une fille se promène dans un quartier où elle a aimé une amante. Elle rentre chez elle et se masturbe en pensant à celle qu’elle a aimée. Les images du présent se mêlent aux souvenirs ; sexe et amour sont
intimement liés, inséparables.

Sarah de Vicomte a commencé en écrivant des articles de cul pour Barbi(e)turix en 2011. C’est en découvrant qu’elle ne voulait pas répondre aux questions existentielles de la sexualité et du féminisme dans le cadre de ses études de sociologie de genre qu’elle mise à mettre tout cela en pratique. Elle s’est lancée dans le porno féministe et lesbien pour répondre à ses questionnements et pour essayer de proposer une autre vision du porno lesbien, élargir les points de vues.

 

Gordon B. Rec
DIY Gordon B.RecMale to Fuck u All (France, 2007, 11min) Une vidéo Punk d’un « post-porn low-classed transboy » en mémoire aimante de Sam « Tumble Weed » Roberts. Un auto-portrait masturbatoire radical et poignant !

Gordon b. Rec est un plasticien transgenre réalisant des vidéos post-porn autour de sa corporalité. Il a produit Male to Fuck you all au début de sa transition, court-métrage dans lequel il performe en présentant les pratiques self-BDSM comme salvatrices, autant au niveau d’un protocole de deuil que d’une expression des possibles de genre.

 

floZif travaille autour de sujets liés aux corps et aux diversités. Elle organise la PlayNight une party dédiée aux sexualités hybrides. Depuis plus de 2 ans, elle met en place des ateliers autour du genre et des sexualités. Elle a réalisé le court métrage A Good F* (France, 2006, 4min) et a participé à des films artistiques explicites dont Too much Pussy, Much more Pussy, My Body My rules d’ Emilie Jouvet , Viens ! de Michel Reilhac. Son approche se concentre sur les sexualités alternatives et sur les possibilités de pousser les limites du corps. Elle refuse les « dictas » de l’age et toute catégorisation et se tourne vers une recherche des énergies sexuelles et corporelles. Elle offre des images de son corps acceptant les changements du temps et les faisant sien.

 

Misungui est performeuse et modèle, militante queer anarchiste. Elle a fait ses premiers pas sur scène il y a 5 ans, après avoir découvert le milieu féministe pro-sexe parisien dans le cadre de ses recherches universitaires gender studies à Paris VII. L’univers qu’elle propose tente de discuter notre rapport au corps, à la nudité et à la sexualité. Elle a quitté sa vie citadine pour rouler en camion à la rencontre des alternatives concrètes qui tentent aujourd’hui en France de transcender cet ordre établi et construire un autre rapport au monde et à ses habitants. Dreams, sex and politic!

 

Et en spécial bonus :

A la recherche de la vulve perdue (France, 2004, 5’46 min). Un hommage/image à la vulve de Laurence Chanfro, photographe et vidéaste pionnière de la mise en visibilité des sexualités lesbiennes & féministes.

 

bandeau-festival-queer

 

14H30/ 18H30

INSTALLATION RÉALITÉ VIRTUELLE
Découvrez Viens ! dans une expérience à 360° et une installation spéciale ! Une exclusivité What the Fuck ? Fest*** !

VIENS !
Film en VR (Réalité Virtuelle)
À visionner uniquement en casques immersifs 360°.

Anti Club – En continu // Durée 12 minutes

Conception réalisation : Michel Reilhac
Technologue créatif : Carl Guyenette
Équipe créative : Mélanie Le Grand, Xavier Servas, Sebastian Shorter
Produit en 2015, en France par MELANGE
Avec : Amador Jojo, Ayoti, Christophe De La Pointe, De La Fouquette, Flozif, Yumie Volupté, Fox

Affiche Viens!3 femmes et 4 hommes, nus, apparus de nulle part, sur un fond blanc, dans l’espace ensoleillé d’une pièce lumineuse hors du temps se rencontrent, se touchent, partagent leur énergie, et se transforment spirituellement; peu à peu ils fusionnent avec le monde.
Viens ! a été conçu comme un poème visuel, une métaphore autour de la notion de faire corps avec les autres.
La Première du film a eu lieu au festival Sundance dans la section New Frontier en janvier 2016.

Michel Reilhac à propos de Viens ! : « Quand j’ai commencé à regarder des contenus en VR, j’ai eu envie d’explorer le sujet de l’intimité et de l’empathie, et de repousser les limites de ce que l’on pouvait faire autour de la nudité. J’ai eu envie d’inviter le public à regarder des personnes en train de faire l’amour, en explorant l’idée que la sexualité puisse être le véhicule d’un voyage spirituel, un moyen de se réaliser pleinement, de faire corps avec l’autre. J’ai voulu emmener la sexualité sur de nouveaux terrains, en explorant la fluidité qui existe entre les genres et les préférences sexuelles, comme un moyen de se libérer des limites imposées par la norme. Voir jusqu’où je pouvais aller en terme d’intimité et d’empathie en adoptant un point de vue subjectif, sans tomber dans la pornographie mainstream. »

Michel Reilhac est une auteur transmédia indépendant qui écrit, dirige et développe ses propres projets, en explorant des formes hybrides de narration.
Il est aussi le directeur d’étude du Collège de la Biennale de Venise, et le directeur du Multi Platform Master Studies au sein de la Media Business School (Ronda residency). Il enseigne et organise des ateliers sur le storytelling transmédia régulièrement lors de différents événements .En 2012, il a été élu l’homme de l’année par le magazine français “Le Film Français” pour son travail chez Arte : pendant près de 10 ans (2002-2012) Michel Reilhac a été directeur des acquisitions chez Arte France et directeur général d’Arte France Cinema, co-produisant chaque année environ 28 longs-métrages indépendants partout dans le monde.

 

bandeau-festival-queer

 

16H00 / 18H00
INSTALLATION SONORE

Super Sexouïe en écoute libre sous casque pour se laisser pénétrer par les oreilles.

Bar restaurant le Nouveau Tigre – Accès gratuit.

 

bandeau-festival-queer

19H30
SOIREE DE CLÔTURE

CINEMA : Kink’n Queer

Pour la clôture du Festival nous vous proposons une sélection de films courts post-porn sur des pratiques étonnantes et dissidentes, troublant les genres et les frontières des corps. Les formes présentées dans cette séance traitent de premières fois, de BDSM, d’autorisations jubilatoires et d’expérimentations radicales.

 

MASK4MASK_1Mask4Mask d’Aron Kantor – 3’20 min
Quand le style fétiche est la norme, qui est déviant ?
Aron Kantor célèbre dans son travail la diversité, porte la marginalité sous les projecteurs, et donne des expressions atypiques à l’identité, l’individualisme et la sexualité avec une touche intentionnellement subversive.

 

 

20141011_Neurosex-Pornoia_Ep-2_0109_LRNeurosex Ep.2 d’Eric Pussyboy, Abigail Gnash – 9’45 min
Rencontrez Z_1021 , prisE dans une spirale de désespoir et de frustration, emprisonnéE dans une société de réalité augmentée, et entrez dans le monde secret des utilisateurs des codes de neurosex et de l’infrastructure en ligne .
Eric Pussyboy, Abigail Gnash sont explorateurs en anticipation des neurosciences et du cerveau humain au travers du postporn et du pornqueer.

 

 

 

Action Painting 1&2 de Krefer & Turca – 7 min
Action-Painting-No-1-No-2-KrefferLe sexe comme geste créateur réciproque. Dans Action Painting No 1, elle répond à ses mouvements en lui écorchant le dos et en lui laissant des marques de sang. Dans Action Painting No 2, il répandde la cire de bougie sur son dos durant l’acte sexuel. De ces deux performances résulte une peinture abstraite sur le corps de chacun des artistes.
Krefer est réalisateur et plasticien. Turca est productrice et assistante artistique, travaillant sur des longs-métrages et des vidéos d’art. La série d’Action Paintings marque ses débuts dans la réalisation.
Ce film a reçu le prix du meilleur film expérimental du FICBIC – International Film Festival of Curitiba Art Biennial- ainsi que la mention spéciale du jury de la Fête du Slip – Le Festival des Sexualités de Lausanne.

 

Strong Hands de Julie Thalin – 4’15 min
Une célébration de la beauté et séduction des corps queer.
Julie Thelin réalise cette video pour un clip de l’artiste Tami Tamaki.

 

BIODILDO_2_10Biodildo 2 de Christian Slaughter – 17 min
Bettie et Barney veulent amener leur vie sexuelle à un degré supérieur. L’idée de s’inscrire sur un site échangiste les faits basculer dans une nuit d’expérimentations inoubliable.
Christian Slaughter travaille dans l’industrie du film pour des réalisateurs tels que Jürgen Brüning, Bruce Labruce, Todd Verow, Jörn Hartmann ou Maria Beatty. Il fait partie de l’organisation du Porn Film Festival de Berlin depuis la première édition de 2006. Il travaille également pour la compagnie Gay Porn Wurstfilm de Berlin. Son premier Trans*Gender film Biodildo a gagné le feminist porn award du film le plus sexy, à Toronto en 2013.

 

Jo de Justine Pluvinage – 5’30 min
Jo, c’est l’histoire d’une rencontre nocturne et furtive, d’une prise de risque, d’un partage manqué. Jo, c’est l’histoire d’un plan cul.
Justine Pluvinage vit et travaille à Lille. Après des études de psychologie, elle sort diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles en 2009. Son travail qui se déploie entre l’art vidéo, le film documentaire et la fiction, a été montré notamment au FOAM à Amsterdam, au Bal à Paris, dans les modules du Palais de Tokyo… En 2013, elle participe au 58e Salon de Montrouge dont elle remporte le Grand Prix. Elle est actuellement étudiante au Fresnoy, studio national des arts contemporains.

 

law-and-orderLaw and Order de Jan Soldat – 8 min
Law and Order est un court documentaire sur la normalité du corps et la sexualité dans la vieillesse.
Dans un environnement élégant, deux hommes nus et âgés – ils sont tous deux septuagénaires – parlent de leur relation et du bon vieux temps, bavardant candidement de leurs préférences fétichistes et sadomasochistes: la vraie éducation allemande.
Jan Soldat fait des courts métrages depuis 2006. Son film Law and Order est projeté dans la section panorama de la Berlinale 2012 et depuis dans une centaine de festivals. Ce film fait partie d’une série de portraits documentaires que Jan Soldat développe sur la diversité sexuelle.

 

Beautiful Monotony de Zahra Stradust – 10 min
Beautiful Monotony montre les rencontres intimes partagées par les clientEs et travailleurEUSEs dans l’espace privé d’une salle de lap dance. Galber ses muscles, réparer ses chaussures, changer son tampon, etc : ce film dépeint le travail du sexe comme un travail, donne à voir l’aspect répétitif,
quotidien et monotone du labeur érotique.
Zahra Zsuzsanna Stardust est une artiste et étudiante australienne. Se servant de son corps comme canevas, elle explore dans son travail les questions de sexualité, de genre, et de régulation. Ses films et spectacles sont récompensés et montrés dans le monde entier, ses écrits cités dans les livres et
journaux académiques.

 

Timewasters de Cheyenne Picardo – 3 min
Deux Dominas attendent des clients qui ne viennent pas. Ce film est la premier épisode de la série WORK, qui s’intéresse aux moment quotidiens banals, ineptes, et fous qui ne sont habituellement jamais montrés dans les descriptions du travail sexuel aux Etats-Unis.
Cheyenne Picardo est diplômée au Colombia College dans la section Film Studies and Creative Writing, ainsi qu’en photographie, réalisation et video à l’Ecole d’art visuel de New York en 2011.Juste avant son diplôme d’étude supérieure, elle commence à travaille dans un donjon professionnel de New York, devient une « pro-switch » professionnelle (Dominatrice/Soumise), qui lui inspirera son premier film d’auto-fiction multi diffusé Remedy.

 

Coupling-still-1Coupling de Verter Germondari, Maria Laura Spagnoli – 4’53 min
Une scène de vie dans l’univers du « Dog-Training » Werther Germondari est intéressé par les dynamiques expérimentales novatrices néo-conceptuelles.
Son travail se caractérise par un goût pour l’ironique et le surréaliste. Il expérimente depuis 35 ans par le biais de nombreux moyens d’expression différents (peinture, installations,cinema, photographie, spectacle vivant).

 

 

Peter fucking Wayne fucking Peter de Wayne Yung – 4’31 min
Une lettre d’amour « queer » usant de la poésie comme de l’imagerie sexuelle pour décrire une tension romantique qui se crée dans la différence entre age, « race » et HIV.
Wayne Yung est un artiste vidéaste basé à Berlin qui explore les questions d’identités, de « race »et de sexualités depuis une perspective queer sino-canadienne.

 

Vital signs claudeblood45Vital Signs de Gala Vanting – 5 min
Réflexionssur les pratiques queer de transgression des frontières du corps, et ce que veut dire trouver la sécurité dans les états limites.
Gala Vanting est basée à Melbourne, productrice de films, travailleuse du sexe, éducatrice, et activiste. Elle développe l’idée du « slow porn » et crée Sensate Films, un média de films érotiques exigeant qui valorise le processus, le respect esthétique des divers formes d’intimité humaine, ainsi que des modes de narration hybrides qui mélangent fantasme et documentaire, conscience et inconscience, multiplicité des réalités sexuelles.

 

campo da castilla 2Campos de Castilla de Carmen Tep& Urko/Post Op 5min
Combien d’étés ennuyeux as-tu passé dans ton village en espérant qu’apparaisse un autre « oiseau rare »? Combien de branlettes et de désirs clandestins as-tu vécu dans ces rues et ces champs ? Un cruising ecosex d’été dans la campagne profonde. Un hommage à toutes les identités et sexualités non normatives.
Karmen Tep & Urko (Post Op), militantEs queers, travaillent autour du corps. IssuEs d’une position féministe, iELLEs remettent en question les différents axes d’oppression et se positionnent au centre de leurs expérimentations.

 

 

 

21H DJ SET : Maïc Batmane

DJ Maic BatmaneMaïc Batmane aime s’intaller derrière des platines pour vous faire transpirer au son du hip hop queer, du reggeaton, de Rihanna et des années 90′. Elle est graphiste le jour, sérigraphe-affichiste et superhéroe la nuit. En parallèle d’une formation classico-classique à Estienne puis aux Arts-Déco de Paris,
elle découvre les fanzines, la culture queer, le féminisme radical, l’état d’esprit DIY, et se pacse avec une photocopieuse. Elle expose dans des librairies-galeries, des boutiques de tatouage, des salons de zines, des bars de gouines et autres lieux interlopes.

 

Et aussi pendant la soirée de clôture :

Dildo Racing : Course de Vibros
Une proposition du festival suisse La Fête du Slip, Festival des Sexualités La fameuse course de vibros! Animation phare de la Fête du Slip 2016, le Dildo Racing est une piste de course pour vibromasseurs construite par l’atelier Cute Cut à Lausanne. Avec son crieur chevronné, le Beautiful Black Caviar met une ambiance d’enfer et s’adapte à toutes les situations.
Avec des lots Kdo à gagner, spécial WHAT THE FUCK ? FEST*** !

 

Et tout au long du festival :
Des stands extérieurs en lien avec les thématiques queer / corps / arts / sexualités dans les caravanes extérieures du Cirque Electrique : Deviant, Maïc Batmane, les éditions douteuses, le Kiosque Info Sida.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer