Programmation

EDITION 2017 // PROGRAMMATION 2017 // EDITION 2016 // LE LIEU // INFOS PRATIQUES ET CONTACT // PARTENAIRES // ÉQUIPE // PRESSE // REMERCIEMENTS

WTFF-2017-WEB-logo

TELECHARGEZ LE PROGRAMME WTFF #2 !

 

WHAT THE FUCK ? FEST*** ! le Festival Queer Sexualités Dissidentes retrouve le Cirque Electrique pour une journée festive et réjouissante.

Événement queer autour des représentations alternatives des corps, des genres et des sexualités, le festival pluridisciplinaire WHAT THE FUCK FEST*** Sexualités Dissidentes fait converser performances radicales, usages non conformes des corps, artistes engagés, pensées et expérimentations insolites, expérimentales, documentaires, arty ou DIY : toutes formes mettant en voix et visibilités des expressions liées au post-porn et aux représentations des marges sexuelles.

Programmation : floZif & Marianne Chargois

 

14H Atelier Corde – Facerope avec Amaury Grisel et Franckie Vega
ropeface and gloves, Amaury GriselWorkshop – Bar Espace-Tigre – Prix libre (10€ conseillé)
Durée : 1H30
Un atelier d’initiation aux techniques du bondage sur le visage. Nous vous invitons à inventer votre propre bondage en considérant le visage comme une partie du corps érotique et érogène. Ouvert à toutES, débutantES bienvenues. Les connaissances techniques ne sont pas nécessaire pour cet atelier. Les participantEs pourront venir immortaliser leur création lors du shooting du soir.
Inscription indispensable à : wtff.paris@gmail.com

Photo ©Franckie Vega/Amaury Grisel

 

bandeau-separation

 

Cinéma Projections
Chapiteau Big Top – 5€
Sélection de court-métrages explicitement pornographiques, réflexifs, exploratoires. Durée : 75 minutes X 2

montage-photos-films
©IMPERIAL TRANZAM, Aron Kantor // ©PLASTICFLUIDS, MARC MARTIN // ©SCUM, Abertura Vaginal

16h Post-Porn Shorts : FUCK*1*

Retrouvez tout le détail de la programmation sur la page : http://whatthefuckfestparis.fr/index.php/post-porn-shorts/

18h Post-Porn Shorts : FUCK*2*

Retrouvez tout le détail de la programmation sur la page : http://whatthefuckfestparis.fr/index.php/post-porn-shorts/

 

bandeau-separation

 

19H – Shooting Facerope
Bar Espace-Tigre – Entrée Libre
Retrouvez Amaury Grisel et Franckie Vega pour un shooting participatif où chacunE pourra venir poser et expérimenter son propre bondage du visage.

 

bandeau-separation

 

21H // Soirée WHAT THE FUCK ? PERF*** !
Chapiteau Big Top – 12/15€
WHAT THE FUCK ? PERF*** ! ce sont des artistes-performeurs qui s’amusent avec audace à repousser les limites du représentable. Les performances présentées  ont toutes en commun de disloquer intelligemment le sexuel, entre expérimentations physiques et dé-construction du visible.

 

Performane Helena PatricioANATOMIE : de Hans Bellmer à Joan Cornella de Helena Patricio
Conférence Chorégraphique
Durée : 45 minutes
L’enjeu est de rendre pop et légère la démarche artistique opaque de Hans Bellmer à travers une lecture chorégraphique de son traité « Petite anatomie de l’inconscient physique ou petite anatomie de l’image ».
Helena Patricio, conférencière post porno, nous propose de redécouvrir l’oeuvre de Hans Bellmer, le plaisantin d’outre-Rhin au travers de son activité d’écriture en regards croisés avec le travail graphique de Joan Cornella, illustrateur catalan.

Photo © Pierre-Jean Grattenois

 

« La jeune fille et la maitresse » ou comment je suis passée de la danse classique au sexwork de Amélie P.
Performance Amelie P.Performance
Durée : 20 minutes
« Ne bouge pas ton bassin ! »/ « Serres les fesses ! » / « Sois belle jusqu’au bout des ongles ! » / « T’as le pieds en banane ! » / « Cache ta poitrine ! ».
J’ai eu envie de partager comment je me suis réappropriée ces injonctions normatives, en les détournant, en allant au-delà de cette binarité de genres présente dans l’enseignement de la danse classique, pour ouvrir mes fesses, jouer avec mes pieds et faire glisser mes ongles sur d’autres surfaces.
Issue d’une formation artistique interdisciplinaire (danse, théâtre, arts de la marionnette) et théorique (elle est titulaire d’un Master 2 en esthétique des arts contemporains), Amélie P. crée des spectacles qui interrogent notre positionnement et notre regard.
Elle officie à Lille avec la structure Les Nouveaux Ballets du Nord-Pas de Calais et est artiste associée au Centre Dramatique National : Le Théâtre des Ilets à Montluçon.
Elle mène par ailleurs des projets « en milieu rural » dans le Nord de la France auprès de différents publics et réalise des films documentaires avec la vidéaste Justine Pluvinage dont le film « Brodeuses » -2015- est le premier volet d’un cycle en cours d’écriture.
Elle travaille par ailleurs en tant que travailleuse sexuelle et s’intéresse particulièrement aux questions des sexualités et de leurs représentations.

 

– STIGMATE(S) de Stigmate
18052986_433402850341998_1297405813_nPerformance
Durée : 20 minutes
Stigmate(s) est une performance mettant en questionnement la place des rôles de dominants et dominés dans les rapports BDSM, qui peuvent être extrapolés au niveau sociétal. A quel moment décidons nous d’être soumis (dominé.e), ou maître (dominant.e) ? N’est-ce pas la personne dominée, en acceptant de l’être, qui donne du pouvoir à la personne dominante ? Et si les rôles s’inversaient ? Notre propos est d’affirmer qu’au sein du BDSM, seule une relation consentante peut créer une bonne osmose, rempli d’amour. Et qu’au sein de nos vies, il ne tient qu’à nous de renverser la vapeur, et de devenir maître de la situation (toute proportion gardée bien évidemment).
Stigmate est un crew de performers travaillant depuis quelques années sur des performances liées au corps, comme média d’expression. Le crew est composé de 3 membres, travailleur du sexe, de genres fluides, queers, issu principalement du milieu rave-party et tekno underground. Le slogan pourrait être « Drogué.e.s, putes, piercé.e.s, tatoué.e.s, nos corps nos choix ». Expérimentant les modifications corporelles, et également activistes dans les domaines des droits humains, le corps devient, par son marquage, son découpage, l’utilisation fréquente du sang et des pratiques de play piercing et/ou de BDSM, une toile permettant d’exprimer ce que l’on peut avoir au fin fond de nos esprits, pour une meilleure libération psychique.

Photo ©Stigmate

 

 

MY DIRTY GENITALS // de Marianne Chargois & Alice Terik (alias Thierry Schaffauser)
pixMyDirtyGenitalsPerformance – Durée : 15 minutes

Les divergences ne sont jamais aussi irréconciliables que lorsqu’on se ressemble. Une lettre de rupture intime et féministe sur fond de re-conquête territoriale génitale.

Alice Terik est une sex workeuse d’un autre genre. Baptisée au Bois de Boulogne par son amie Manuella, elle réalise de temps en temps des performances en compagnie de collègues et de certains admirateurs. Soucieuse du plaisir d’autrui, elle fait de son mieux pour rester belle et rebelle malgré les adversités de la vie et du temps.

Marianne Chargois est travailleuse du sexe depuis 12 ans et performeuse. Ses divers projets lient expérimentations directes, recherche artistique, analyses féministes et politiques autour du Sexworking. Elle est la créatrice de Deviant, projet développant des visuels queer et sexual freaks et co-dirige avec Matthieu Hocquemiller le festival Explicit, Expressions Plurielles du Sexuel au CDN de Montpellier. Elle est également la co-créatrice du WHAT THE FUCK ? FEST et militante au STRASS Syndicat du Travail Sexuel.

Photo ©gilles.berlaimont

 

bandeau-separation

 

23H30 // Concert & DJ Set
Bar Espace Tigre – Entrée Libre

– Dykes Sbires
Concert dykes sbiresConcert
Durée : 50 minutes
Dykes Sbires c’est un duo Queer Féministe qui Rap’n’B
Apres Lille, Bruxelles, Geneve, Lyon, Toulouse et Nantes,
elles reviennent a Paris pour enflammer l’assemblée avec un set de folie

 

Photo © Dykes Sbires

 

 

– Set de Law & Haktion • djs • porn • queer •
DJ law2« Law & Haktion, déjà, c’est des jumeaux. Ça se voit tout de suite. Tatoués, percés, chauves, modifiés. Mais des jumeaux trizygotes, et ça c’est moins évident. Il y a Law (Gabriel), à la fois bonnasse atomique et vrai petit mec, enfin plutôt un truc entre les deux, non binaire, chelou et stylé. Il y a Haktion (Clément), costaud gentil, queer en diable, genre les vieilles à la boulangerie n’osent pas le regarder mais dès qu’il parle elles tendent le bras pour qu’il les aide à traverser la rue. Et puis il y a l’esperluette, parce que les deux sont un couple, un beau, et que ça fait une entité qui mixe du lourd, depuis 2015, de l’electro décalé, des sets qui te retournent les années 80, et la tête. Chez eux, tout se mélange et se croise, et c’est fluide. En perf, t’as des monstres, en DJs t’as ta soirée, grave, et comme ils sont magnifiques, tu peux même leur demander de les prendre en photo. Mais fais gaffe, quand même – juste, je te préviens : ils sont adorables. On s’attache, pas d’alternative. C’est la loi des pirates. »

 

 

*** Et toute la journée sur la terrasse kink&punk du cirque électrique : des Stands d’artistes et associations queers

stand(c)Camille Sauvayre

Photo stand ©Camille Sauvayre

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer